accueil > articles > L’Investissement Responsable appliqué aux PME et ETI : la vision Montefiore Investment

L’Investissement Responsable appliqué aux PME et ETI : la vision Montefiore Investment

Alors que les performances extra-financières des entreprises comptent de plus en plus, Montefiore Investment prône une approche pragmatique des critères ESG. Explications de Daniel Elalouf, Associé fondateur de Montefiore Investment, et responsable de la politique Environnementale, Sociale et de Gouvernance (ESG).

Une approche pragmatique

« Chez Montefiore, nous voyons la politique ESG comme une approche pragmatique d’adhésion et de fédération autour de grandes valeurs ». Pour Daniel Elalouf, l’un des Associés fondateurs de Montefiore Investment, et responsable de la politique ESG, mieux vaut miser sur des améliorations continues, des « étapes que l’on franchit » sur les sujets de la transparence, l’équité, ou l’impact sociétal, plutôt que sur des listes de critères à rallonge. « Tout en évitant de faire des critères ESG une usine à gaz, c’est un paramètre important qui intervient dans notre démarche d’investissement, que l’on évoque avec les managements des sociétés de nos participations. » Pas de déclaration incantatoire, mais du concret, avec une liste réduite de critères, à adapter à la taille et au secteur de la société accompagnée. « Nous investissons dans des entreprises qui ont des projets de croissance : ce serait une mauvaise idée de les surcharger d’engagements qu’elles ne pourraient pas suivre ».

Pour concrétiser cet engagement, Montefiore Investment a désigné en interne quatre personnes en charge de ces questions, dont un Associé. Mais surtout, la société d’investissements en tant qu’entité, et chacun des membres de l’équipe de gestion individuellement, ont adhéré aux Principes pour l’Investissement Responsable des Nations Unies (UNPRI), six principes édictés en 2005 par Ban-Ki Moon. Les signataires sont notamment incités à intégrer les critères ESG dans les processus d’investissements, puis dans le suivi de ces problématiques une fois la prise de participation actée.

« Nous incitons avant tout nos sociétés accompagnées à adhérer à ces valeurs et à être eux même avocats de ces bonnes pratiques ». Laisser les coudées franches aux managements des sociétés accompagnées, tel est le credo de Montefiore Investment, qui les laissent donc « se saisir de ces sujets dans le cadre de leur métier ». L’ESG est intégré dans les réunions mensuelles avec les dirigeants, permettant un dialogue engagé à ce sujet, et d’ajuster la ‘feuille de route ESG’ si nécessaire. L’accompagnement des sociétés sur l’ESG s’articule autour d’une business review annuelle, et d’un système d’alerte avec communication auprès du board sur des points particulièrement sensibles. Un exemple ? « S’il y a une fuite de fioul dans l’une de nos cliniques, nous sommes alertés dans les deux heures ».

Les spécificités des PME de service : miser sur le capital humain

La patte Montefiore, c’est sa spécialisation dans les PME de l’économie présentielle, c’est-à-dire les métiers de services. Et ce segment a ses particularités en matière d’ESG.

« Sur les enjeux environnementaux, nous avons moins de risques que les sociétés qui investissent dans l’industrie », constate Daniel Elalouf. Parmi les politiques mises en place dans les sociétés accompagnées : des politiques de recyclage des déchets, des stratégies de transports écologiques, ou encore d’utilisation rationnelle des ressources dans les campings. En revanche, le capital humain est au centre des stratégies d’accompagnement de Montefiore Investment, qui prête une attention très particulière aux politiques de formation des salariés et à leur satisfaction. Montefiore Investment s’attache à créer un excellent climat social dans ses participations, avec notamment la mise en œuvre d’une politique ouverte et inclusive, « des objectifs faciles à mesurer » selon Daniel Elalouf. Une politique payante, puisque l’année dernière, aucun jour de grève n’a été comptabilisé dans l’ensemble des sociétés accompagnées par Montefiore Investment. « Le capital humain dans les industries de service est la ressource clé », insiste Daniel Elalouf, qui se réjouit que les sociétés accompagnées soient assez paritaires, mais regrette que les comités d’administration des PME françaises soient statistiquement moins féminisés que ceux des grands groupes. « Nous essayons d’attirer des femmes cadres pour rectifier cela, en recherchant de manière proactive les talents féminins dans les processus de recrutement ». Si, dans le midcap français, les femmes dirigeantes sont encore minoritaires, cela dépend des secteurs : le comité de direction d’Isabel Marant est presque exclusivement composé de femmes.

L’intégration de critères ESG, un vecteur de croissance

« Nous ne nous associons qu’avec des managers que l’on juge très compétents et pertinents dans leur métier, et que nous laissons donc en responsabilité sur les sujets de l’ESG ». La prise en compte de critères ESG est gage de bonne gouvernance, et ainsi vecteur de croissance. « Lorsque l’on prend une nouvelle participation, il arrive que le management ne connaisse pas l’acronyme ‘ESG’, mais qu’il applique ces valeurs sans le savoir. Des messieurs Jourdain de l’ESG ! », plaisante Daniel Elalouf. « Notre rôle est alors éducatif. Mettre en place un indicateur permet de focaliser l’attention ». Des pratiques qui existent parfois déjà, sans être formalisées, comme l’exemple de la société Asmodee (participation déjà cédée), une entreprise spécialisée dans l’édition et la distribution de jeux de sociétés. Cette PME, à la cible jeune, valorise les liens avec des activités sociétales comme le don à des associations caritatives. Favoriser l’intégration de critères ESG peut alors devenir un facteur fédérateur pour l’entreprise. « Les salariés tirent une grande fierté de ces actions, cela renforce leur sentiment d’appartenance. Lorsqu’ils sont en phase avec la culture d’entreprise, les standards ESG contribuent au bon climat social et à la performance de la société ». Même constat chez Voyageurs du Monde, où l’ESG fait clairement partie de l’ADN de la société, qui axe ses efforts autour de la réduction de l’empreinte carbone, de la capacité énergétique et de la communication responsable.

« Notre rôle d’actionnaire est de faire du sur-mesure, en aiguillant chaque participation dans ce chemin ESG en fonction de sa culture d’entreprise ».

Les membres de l’équipe de gestion de Montefiore Investment sont également signataires de la Charte d’Engagements des Investisseurs pour la Croissance de l’AFIC, devenu en 2013 la première association représentative du capital-investissement dans l’OCDE à adhérer aux UNPRI. La philosophie est la même, mais avec des engagements « plus précis » car « plus centrés sur du capital-investissement, sur les entreprises, avec un vrai impact économique. »

Approche pragmatique, feuille de route et dialogue permanent avec l’équipe dirigeante des sociétés accompagnées, tel est le tryptique sur lequel mise Montefiore Investment en matière d’ESG. Avec une ambition pour l’avenir : « Continuer à être des ambassadeurs de l’investissement responsable ».

À propos

Montefiore Investment

Société d’investissement spécialisée dans les PME et ETI françaises de services.

À lire aussi

Voir plus
 
Créé en 1989 dans le Sud de la France, European Camping Group (ex Homair Group) a accéléré son développement, avec une croissance annuelle exceptionnelle de 25 % en moyenne depuis 2007. Une performance disséquée par ...
 
Deux ans d’existence et déjà 231 millions d’euros de volume d’affaires annuel : rien n’arrête MisterFly, la plateforme de réservation de voyages lancée par Nicolas Brumelot et Carlos Da Silva en septembre 2015, et accompagnée ...
 
En octobre dernier, Lyovel est entré dans le giron de Jacobs Douwe Egberts, qui compte parmi les leaders mondiaux des industriels du café. Une vraie reconnaissance pour cette société familiale, accompagnée par Montefiore Investment de ...