accueil > articles > MisterFly : « Sky is the limit »

MisterFly : « Sky is the limit »

Deux ans d’existence et déjà 231 millions d’euros de volume d’affaires annuel : rien n’arrête MisterFly, la plateforme de réservation de voyages lancée par Nicolas Brumelot et Carlos Da Silva en septembre 2015, et accompagnée par Montefiore Investment depuis juillet 2016. Itinéraire de ce succès vertigineux.

Une plateforme atypique…

Un million de clients. Pour MisterFly, le cap a été franchi en décembre dernier, preuve de la confiance accordée à la plateforme de réservation en ligne lancée en septembre 2015 par Nicolas Brumelot et Carlos Da Silva. Un million symbolique atteint également en termes de nombre de nuitées d’hôtels vendues en 2017, et surtout, déjà 231 millions d’euros de volume d’affaires annuel en seulement deux ans d’existence. Si la fusée MisterFly connaît un fulgurant succès, c’est notamment parce qu’elle a réinventé les règles du jeu de son secteur. Pour les fondateurs, la plateforme de réservation est « atypique » car « multi-produit, multi-canal et multi-glocal ».  Multi-produit, car, en plus des « vols secs » – l’offre originelle -, MisterFly propose un moteur de réservation d’hôtels et désormais des séjours tout compris « avion + hôtels ». Multi-canal aussi, car ce pure-player mise à la fois sur le BtoB, l’incontournable BtoC, mais aussi le BtoBtoC en s’associant avec des agences de voyages et des vitrines partenaires qui distribuent le substrat de MisterFly à leurs clients. Multi-glocal enfin, car, après l’Hexagone, l’offre globale est adaptée à chacun de ses marchés, à chacune de ses implantations… la succursale ouverte en Espagne en 2017 est la première « d’une longue série ».

… qui réinvente les règles du jeu

Les deux entrepreneurs, dont la rencontre date de 1994, quand ils travaillaient tous deux chez Look Voyages, n’en sont pas à leur coup d’essai. Dès 1997, ils ont développé ensemble Go Voyages, vendu à Ardian, puis fusionné avec eDreams, pour devenir par la suite eDreams Odigeo. « Ce sont des entrepreneurs capables d’atteindre un milliard de volume d’affaires en partant de rien », se souvient Jean-Marc Espalioux, Associé de Montefiore et ancien PDG d’AccorHotels. « À l’époque, Go Voyages croissait à hauteur de 25 à 30% par an. L’avantage de leur expérience passée, c’est qu’ils sont devenus des légendes du secteur ». Une excellente réputation qui a permis aux deux fondateurs de s’entourer des meilleurs profils techniques, et de nouer d’entrée de jeu un partenariat à très forte visibilité avec Vente-privée, dès leur lancement. « Grâce à notre partenariat innovant avec Vente-privée, nous avons rapidement signé d’autres grands comptes très vite après le démarrage, comme Leclerc Voyages ou Carrefour Voyages », explique Nicolas Brumelot. Celui qui considère que « le BtoB est loin d’être mort » se félicite d’avoir « zéro budget référencement », une exception dans le secteur, rendue possible grâce aux 3 millions de visiteurs uniques quotidiens de Vente-privée, et grâce à la profondeur de diffusion qu’offre le B2B et à des partenariats ultérieurs avec des mastodontes du secteur, comme Groupe ADP – Aéroports de Paris, AccorHotels et Transavia.

Mais c’est surtout grâce à l’attention apportée au service que MisterFly atteint des taux de fidélité deux fois supérieurs à la moyenne de son secteur – 38% des clients BtoC ont déjà acheté sur MisterFly, contre 20% en moyenne. La valeur phare de la jeune pousse est la transparence, d’où un engagement majeur : jamais de frais cachés.

« Pour être certains de satisfaire nos clients, nous investissons davantage que nos concurrents sur notre service après-vente. Notre call center se trouve en France et, en cas de problème, le client peut se référer à l’un de nos points de vente physiques partenaires. Le client qui vient en agence a besoin de réassurance », expose Carlos Da Silva.

Pour lui, les éléments de la croissance de MisterFly tiennent aux innovations proposées par la plateforme. Avec l’assurance « Sans motif ni justif », en partenariat avec Axa, le client qui annule son voyage s’affranchit de démarches fastidieuses. Autre service exclusif : le paiement CB en quatre fois, qui permet de ne plus être freiné par le prix du panier. Ou encore Masstock, un outil de déstockage dévoilé en janvier 2018, qui donne la possibilité aux tour-opérateurs de distribuer leurs inventaires aériens au sein de la plateforme MisterFly.

Deux pilotes – bien entourés – dans le cockpit

Un actionnaire investisseur et un actionnaire industriel, telle est la combinaison gagnante pour laquelle ont opté les fondateurs de MisterFly. Lorsque Montefiore arrive au capital en juillet 2016, la plateforme avoisine déjà les 100 millions d’euros de volume d’affaires, contre 10 millions l’année précédente. Pour acquérir de nouvelles briques technologiques, les deux entrepreneurs ont levé 20 millions d’euros auprès de la société d’investissement et de Vente-Privée. Au board se côtoient donc Vente-privée, actionnaire minoritaire depuis 2015, Montefiore, et le management qui détient 60% du capital, dont 48% du capital d’origine dévolu aux collaborateurs, pour fédérer autour de « l’esprit d’entreprise ». « Montefiore est arrivé pour nous donner les moyens de lancer de nouveaux produits et réaliser l’acquisition de briques métiers ou technologiques complémentaires », raconte Nicolas Brumelot, qui se félicite de la « complémentarité » des deux acteurs. « Montefiore construit avec nous la stratégie de développement, alors que Vente-privée s’intéresse plus aux lignes de produits que l’on lance ». Jean-Marc Espalioux se réjouit de « l’osmose entre le management actionnaire, les principaux dirigeants de Vente-privée et Montefiore », ainsi que « d’être le partenaire d’un site ultra-visité qui a très bonne presse. »

Pour les deux fondateurs, « interagir dans l’écosystème de l’hôtellerie implique de se doter de technologies et de savoir-faire uniques, qui s’obtiennent par croissance externe ». Parmi les acquisitions, la société H-Resa, spécialisée dans l’hébergement, a apporté la brique « hôtels » et permis de développer les séjours depuis la fusion en 2016. Koedia, entreprise basée à Sophia-Antipolis développant des solutions technologiques pour les acteurs du tourisme, offre à MisterFly cette nouvelle brique technologique depuis son rachat début 2017. Quant à Next, une société spécialisée dans la distribution d’hébergements pour comités d’entreprises – un marché de niche – son rachat a permis non seulement d’exploiter un nouveau canal de distribution, mais aussi de collaborer avec des entreprises majeures (Air France, Renault, Airbus…).

Enthousiasme partagé côté Montefiore. L’Associé Jean-Marc Espalioux se réjouit : « ce qui nous a séduits, c’est la possibilité de créer un acteur du web qui aurait l’originalité d’être multi-produits et multidistribution, avec un projet d’internationalisation ». Après l’Espagne, un marché qui s’est développé « par opportunité, parce que la bonne personne était sur place pour développer la filiale », MisterFly adresse depuis peu la Belgique et le Luxembourg. Et dès le printemps 2018, cap sur l’Italie, la société étant « d’ores et déjà immatriculée à Milan ».

Voler encore plus haut

Les bonnes résolutions pour 2018 ? Continuer sur cette belle envolée, en intensifiant notamment les internationalisations. « Vente-privée ayant des filiales partout en Europe, nous avons vocation à nous développer dans les pays distributeurs », ambitionne Nicolas Brumelot. Au programme : les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suède, le Danemark, puis l’Europe centrale, un « axe de développement majeur ». Avec, bientôt, de nouvelles innovations à venir, toujours orientées clients et destinées à « créer une vraie émotion ». Plus de 70 recrutements, tous profils confondus, sont prévus pour répondre à ces nouveaux challenges – ainsi que des extensions de locaux. MisterFly vise la lune : « objectif 350 millions de volume d’affaires à la fin de l’année ! ». Côté Montefiore, on est plus que confiant. « Le meilleur est à venir », prédit Jean-Marc Espalioux, dans un sourire.

À propos

Montefiore Investment

Société d’investissement spécialisée dans les PME et ETI françaises de services.

À lire aussi

Voir plus
 
Grâce à sa plateforme « Tousnosprojets », BpiFrance se positionne en partenaire pour les plateformes de crowdfunding, que ce soit par dons, prêts, actions, ou émissions obligataires, comme ClubFunding. Vincent Dauffy, Directeur des Accélérateurs de ...
 
1 500 magasins, 34 pays (alliant les activités de retail et wholesale) et un nouveau magasin tous les deux jours : le groupe AFFLELOU est le champion de l’international. Frédéric Poux, Président-Directeur Général, détaille sa ...
 
Apax Partners a accompagné plus d’une centaine de build-ups dans la santé, les TMT, l’éducation et les services aux entreprises. Entretien avec Thomas de Villeneuve, Directeur Associé en charge des TMT.