accueil > articles > Montefiore, un Français parmi les meilleurs investisseurs mondiaux

Montefiore, un Français parmi les meilleurs investisseurs mondiaux

La société française Montefiore Investment a réussi à se hisser dans le top 20 du classement des « Consistent Performers » de Preqin pour la qualité et la régularité de ses performances. Derrière ce succès ? Une forte spécialisation sur les PME de services – « l’économie présentielle » – mid-cap, et une expertise reconnue dans l’internationalisation et la transformation digitale des entreprises. Retour sur cette success story made in France avec Éric Bismuth, son Président.

Le capital investissement joue un rôle grandissant dans le financement des économies modernes. Au sein de cet univers d’un millier d’acteurs à l’échelle mondiale, le classement des « Consistent Performers » de Preqin fait figure de référence pour identifier les meilleurs investisseurs.

La consécration par le classement Preqin

« On ne cherche pas à briller, mais à être les meilleurs de notre secteur sur le long terme ». Challenge réussi pour Montefiore Investment, fondé en 2005 par Éric Bismuth, si l’on en croit la dernière édition du classement Preqin. En avril dernier, le « Graal de l’industrie » plaçait Montefiore Investment à la 16ème place de son Top 25 (majoritairement dominé par des fonds anglo-saxons), et à la 4ème place européenne. Mais surtout, la société d’investissement mid-cap est le seul acteur français du palmarès. Quel que soit le contexte économique, les sociétés accompagnées par Montefiore Investment ont connu une croissance moyenne de leur activité supérieure à 15% par an.

La patte Montefiore : « Focus & Growth »

La recette Montefiore ? « Nous ne nous focalisons pas sur l’amélioration des marges en pourcentage. Au contraire, nous sommes prêts à engager des dépenses supplémentaires qui permettent de renforcer les équipes de management, d’encourager l’entreprise accompagnée à développer de nouvelles activités, services et produits, ou d’ouvrir des filiales dans d’autres pays », détaille Éric Bismuth. « Mais au bout de 4 à 7  ans, on retrouve une société solide, plus forte, plus diversifiée dans son offre et ses géographies, avec une progression des résultats qui rejoint celle du chiffre d’affaires. La croissance rentable, c’est le moteur de la création de valeur », précise-t-il, prenant le contre-pied de l’image classique du fonds obsédé par la réduction des coûts.

« Nous travaillons notamment sur la stimulation de la croissance organique, l’internationalisation et la transformation digitale. » L’accompagnement du groupe BVA, acteur majeur des études d’opinion illustre cette démarche. En effet, la PME française, qui réalisait 60 millions de chiffre d’affaires, dont 90% en France, est devenue en 5 ans un groupe d’envergure mondiale après avoir triplé sa taille. Montefiore Investment a soutenu les quatre axes de création de valeur de BVA : l’élargissement de son offre de services (à la fois en croissance organique et par acquisitions ciblées), son internationalisation (notamment aux Etats-Unis),  le développement de nouvelles méthodologies autour du big data et du nudge, qui vise à influencer le comportement des consommateurs, et le renforcement de son management. Cette « transformation par la croissance » est l’essence de Montefiore.

Le choix d’une spécialisation dans l’économie présentielle n’est pas anodin. Éric Bismuth l’explique par « l’expérience cumulée de 200 années d’expertise dans les métiers de service en France » par les membres de l’équipe d’investissement, qui permet d’apporter un savoir-faire précis.

« Notre expérience n’est pas seulement financière, mais aussi managériale, stratégique et entrepreneuriale. Pour permettre aux entreprises de réfléchir à l’innovation et à la croissance externe, il faut être de vrais experts de leur secteur. »  

C’est la base de la stratégie « Focus & Growth » : se concentrer sur un secteur précis pour accompagner des entreprises triées sur le volet dans « des projets ambitieux de croissance ».  Pour cela, le choix des entrepreneurs est primordial. Le prisme Montefiore ? Outre les qualités professionnelles requises, les associés veulent lier des relations de confiance personnelle avec « de vrais entrepreneurs, qui prennent des risques pour construire, et adoptent un mode de fonctionnement où les idées des uns nourrissent celles des autres. »

Homair Vacances : de la PME régionale au leader européen 

Éric Bismuth l’affirme haut et fort : il veut aller « le plus loin possible » avec les sociétés accompagnéesL’exemple de Homair Vacances est significatif : en 10 ans, la PME « régionale et entrepreneuriale », spécialisée dans le camping, est passée de 18 millions à 220 millions de chiffre d’affaires. Dès 2005, Montefiore identifie l’opportunité liée aux ruptures du secteur. Au programme : la possibilité d’offrir un confort moderne sans perdre en convivialité grâce aux mobil-homes, et la transformation des sites de campings en véritables resorts grâce à une offre de services et de divertissement très large. Homair Vacances va ainsi connaître une croissance accélérée en se positionnant à la pointe de ces transformations. Dès 2009, le groupe devient leader français et muscle son équipe dirigeante en vue de l’international. Cap sur l’Angleterre, où il rachète le numéro 2 du secteur, puis sur l’Italie et l’Espagne, qu’il attaque via des Joint Ventures. De leader français, Homair Vacances prend la place de leader européen. Consécration en 2014, lorsque le groupe acquiert Eurocamp, son rival anglais qui « était dix fois plus gros qu’Homair en 2005 ». Une des fiertés d’Éric Bismuth ? La mise en place d’un « management international de très grande qualité ». Et l’aventure ne s’arrête pas là, puisque cette année le groupe réalise l’intégration de deux nouvelles acquisitions en Europe du Nord.

Des investisseurs de premier plan

À la base de la solide relation entre Montefiore Investment et ses investisseurs, une confiance sans cesse renouvelée. « Nous avons toujours dépassé nos objectifs, avec une vision de long terme.» Pour preuve, des fonds qui doublent à chaque levée, avec un taux de fidélité de 90% des investisseurs d’un fonds à l’autre.

Aujourd’hui, ils viennent à 40% de France, à 30% d’Europe et à 30% du reste du monde (Amérique du Nord et Asie). Parmi eux, des compagnies d’assurances, des fonds de pensions, des universités, des family offices, mais aussi des banques et des fonds souverains.

« Il n’y a pas d’investisseurs prépondérants, notre base est très diversifiée », décrit Éric Bismuth, qui essaie d’attirer « les meilleurs de chaque catégorie d’investisseurs ».

Que souhaiter à Montefiore Investment pour la suite ? « Être encore plus reconnu à l’échelle mondiale pour les spécificités de notre approche. » Un vœu en passe d’être exaucé, puisque la société parisienne vient d’être sélectionnée pour la première fois dans le top 5 des sociétés de gestion européennes aux  Real Deals Awards. L’étoile Montefiore continue sur sa lancée.

À propos

Montefiore Investment

Société d’investissement spécialisée dans les PME et ETI françaises de services.

À lire aussi

Voir plus
 
Créé en 1989 dans le Sud de la France, European Camping Group (ex Homair Group) a accéléré son développement, avec une croissance annuelle exceptionnelle de 25 % en moyenne depuis 2007. Une performance disséquée par ...
 
Deux ans d’existence et déjà 231 millions d’euros de volume d’affaires annuel : rien n’arrête MisterFly, la plateforme de réservation de voyages lancée par Nicolas Brumelot et Carlos Da Silva en septembre 2015, et accompagnée ...
 
En octobre dernier, Lyovel est entré dans le giron de Jacobs Douwe Egberts, qui compte parmi les leaders mondiaux des industriels du café. Une vraie reconnaissance pour cette société familiale, accompagnée par Montefiore Investment de ...